Job search : bilan

Voilà, l’heure de tirer les bilans

phd030909s1
(Source Image : phDComics)

Cette vignette de phD Comics représente bien la situation actuelle. La bulle s’est effectivement effondrée cette année.

Aucun de mes collègues post-doc candidatant en Amérique du Nord cette année n’a eu d’offre d’emploi. Je pense que c’est une première dans mon centre, d’habitude les gens deviennent assistant professor dans de gros endroits.

A la limite, je suis l’un de ceux qui s’en est le mieux sorti. J’ai eu plusieurs interviews. Là où l’on voit que la situation est vraiment précaire, c’est que j’ai eu des offres d’emplois bizarres dont je ne soupçonnais même pas l’existence, de très courts contrats entre le post-doc et le faculty, mais sans garantie de déboucher vers une tenure track. Et cela m’obligerait à partir loin de ma femme. Ce n’est donc pas la joie, l’humeur est un peu maussade ces temps-ci, on se dit qu’il faut vraiment être dingue pour se lancer dans la recherche (jeune, si tu passes par là, si tu veux avoir une vie de famille, du boulot et rester au pays, ne fais pas de thèse, deviens ingénieur, surtout si tu es français).

Au fait, saviez-vous que Jorge Cham, l’auteur de phD comics, a laissé tomber la recherche ? Dans une interview à Science, il expliquait récemment qu’ayant été interviewé au MIT, il avait eu le sentiment de s’être “prouvé” quelque chose à lui-même et a réussi à sauter le pas hors academia dans sa tête. Il espère vivre de ses comics ! Bon, moi, je ne suis clairement pas dans le même esprit…

Comme chaque année, je me dis que l’année prochaine est ma dernière année de post-doc (et merci patron de me soutenir moralement et financièrement).

8 Responses to “Job search : bilan”

  1. francois Says:

    desole que la recherche n’ait pas ete encore plus fructueuse et bon courage pour l’annee prochaine

    le marche universitaire en physique/bio semble tres difficile en effet.

    l’an prochain les state universities risquent d’etre encore plus restreintes (les budgets n’etaient pas encore tous ajustes l’an dernier)

    mais si le rebond economique se confirme, les univ privees du type harvard vont sans-doute recruter plus
    et par ailleurs la NSF a touche de l’argent avec le stimulus package d’Obama, argent qui commence a retomber apparemment..

  2. Yvic Says:

    Je doute que les ingénieurs en France soient mieux lotis.

  3. pablo Says:

    et merde

  4. pablo Says:

    Une pyramide ?
    http://www.youtube.com/watch?v=TXHzzvWyKLQ

    Trouvé ici :
    http://howtheuniversityworks.com/wordpress/

  5. Tom Roud Says:

    De l’avis général, la conjoncture est vraiment difficile. C’est rageant, j’ai l’impression d’être né un an trop tard, par rapport à ma discipline. Tout le monde croise les doigts en espérant que l’an prochain cela s’améliore, mais j’en doute, vu que les décisions d’ouverture de poste vont être prises d’ici peu. Je ne suis pas à la rue toutefois, si on trouve quelque chose pour ma femme, j’essaierai de faire jouer l’un des contrats bizarres dont je parle.

  6. Anthropopotame Says:

    Désolé pour toi, Tom. Moi j’ai essuyé onze échecs cette année, ce qui est rageant, même si j’ai un poste stable (mais qui ne me convient pas).
    En France, c’est un effet pervers des programmes ANR que de ne pas nécessiter de labos à personnel fixe: on peut piocher parmi les chercheurs opérant de ci de là, et en fin de compte seuls ceux qui sont en poste peuvent espérer s’inscrire dans de réelles dynamiques de recherche (avec une visibilité à quatre ans toutefois).

  7. Etienne S. Says:

    Ah la recherche de job, apres le post-doc… C’est clair que souvent je me suis mis a me demander (yep, je n’ai pas d’accents sur mon clavier), mais pourquoi je n’ai pas ete dans le prive, pourquoi dans la recherche *et* l’enseignement.

    La encore je postule, mais j’ai un poste jusqu’a l’annee prochaine (fevrier), et donc je cherche, j’envoie des candidatures, et quand j’obtiens des reponses, c’est “merci, non merci”. Des postes en France, il y en a, mais pas forcement dans ma discipline, et si il y en a, ils preferent prendre quelqu’un sous la main, je les comprends… Voila ce que c’est que de partir au bout du monde pour un job.

    Nous allons finir par etre appele les intermittants de l’Academic Life! Puis apres: hop, on a des contrats de quelques mois, d’un an, de deux, mais ou cela va-t-il nous mener ? Allons-nous pouvoir faire de la recherche sur du court terme ? Genre de questions que je me pose regulierement… Et malheureusement je n’arrive pas a obtenir de reponse…

  8. Aisling Says:

    Pour ce qui est du stimulus package d’Obama, ca n’est pas d’un grand secours pour le post-doc etranger moyen vu que les fonds ne peuvent *pas* servir a recruter des personnels n’ayant pas deja un visa permanent ou la citoyennete – normal, mais bon…


Nombre de pages vues : 1170635